Nos étoiles dans le ciel

Ozzy, tu ne ronronnes plus.

C’est le coeur brisée que je vous raconte l’histoire d’Ozzy car ce vendredi 21 juin, tandis que certains se préparaient pour le fête de la musique, je rentrais sans lui de chez le vétérinaire, après qu’il se soit endormi à jamais dans mes bras.

IMG_5405

Il faisait à peine 250g quand il m’a été confié avec sa soeur et son frère. Il venait d’être trouvé par un jeune garçon sur un bord de route où 2 autres de la fratrie avaient déjà été écrasés. J’avais déjà eu des chatons roux en accueil et je savais leur capacité à nous faire fondre. Ozzy n’a pas failli à la règle. Son ronronnement si particulier et si intense, démarrait dès qu’il voyait qu’il avait notre attention. Si Obi-wan n’avait pas rejoint notre foyer à la même période, je l’aurais surement gardé. Il était fusionnel avec sa soeur Owpia et nous voulions les faire adopter ensemble. Finalement Ozzy a trouvé un foyer que je pensais aimant, Owpia en a rejoint un autre.

La malchance d’Ozzy l’a poursuivi. Ce qu’on pensait n’être qu’une fragilité intestinale s’est révélé être une bactérie résistante et le calicivirus s’est ajouté au tableau déjà noir de son état de santé. La famille aimante a montré son vrai visage et nous a « rendu » Ozzy. Jolie expression pour camoufler ce qui est un abandon. Et notre petit roux l’a bien vécu comme tel. Je n’ai pas pu le reprendre en accueil car Nallis, un de mes chats, était en traitement et se préparait à subir une opération délicate au CHVA à Nantes. Heureusement Hortense lui a ouvert sa porte et son coeur quelques mois. Elle lui a donné tant d’amour que nous pensions que le traumatisme de l’abandon était estompé.

IMG_3842.JPG

Ozzy est revenu chez nous, après la fin de l’année universitaire d’Hortense et alors que Nallis avait complètement passé sa période de convalescence. Après quelques jours il avait retrouvé ses marques là où il avait été chaton. Je ne pouvait pas m’asseoir sans qu’il se pose en ronronnant sur mes genoux. Il dormait tout à côté de mon oreiller. Il avait désormais plus de 12 mois.

Mais Ozzy mangeait difficilement malgré le régime amélioré que je lui proposait (jambon, viande hachée, pâtée protéinée). Ses gencives étaient de plus en plus rouge. Il ne se lavait plus, ne jouait pas et on sentait sa fatigue et sa faiblesse. Ce vendredi 21 juin Ozzy était redescendu au poids de ses 9 mois. l’oeil droit présentait une uvéite. Les gencives étaient tellement inflammatoires qu’il avait mal au point de se laisser mourir de faim. Bien qu’il soit négatif fiv et leucose, son système immunitaire le lâchait. Ma vétérinaire aurait tout tenté si un espoir avait été possible. La présidente et moi-même avons dû nous résoudre à abréger ses souffrances, et pourtant tout le monde sait combien l’euthanasie est contre nos principes.

Ozzy s’est endormi dans mes bras. Je l’ai serré contre mon coeur et je l’aurais gardé  ainsi des heures durant si mes sanglots n’étaient pas devenus si incontrôlables. Comment annoncer à Hortense qu’Ozzy n’est plus ? Comment pardonner à ces gens qui lui ont brisé le coeur en l’abandonnant ? Parce que c’est bien ça qui l’a tué, ma vétérinaire en est convaincue.

Aujourd’hui chaque place où il avait ses habitudes est une torture car vide. J’aurais tellement voulu faire plus pour lui. J’espère qu’il a su combien je l’aimais et combien le laisser partir a été difficile. Si seulement la vie pleine d’obstacles d’Ozzy pouvait servir d’exemple à ce que cela cesse. Si son parcours pouvait faire comprendre au gens que distribuer des chatons gratuits sur facebook contribue à la détresse féline. Si sa souffrance permettait que chacun prenne conscience que les chats ne sont pas des peluches mais des êtres extrêmement sensibles qui ont besoin de repères, de stabilité et d’amour.

Je ne t’oublierai pas Ozzy et je me battrai encore pour tous les autres Ozzy que je croiserai, pour eux, pour toi.

Stéphanie, Famille d’accueil et référente adoption.

 

 

Nos étoiles dans le ciel

Poppy

Poppy (Ex-Negus) est né dans un jardin à Joué les Tours, avec ses 2 soeurs (Nouméa et Nausika) et son frère (Nioki). La maman (Joséphine) n’a pas pu être attrapée en même temps et les 4 chatons ont été confiés à une famille d’accueil pour être chouchoutés et sociabilisés.

Poppy a été adopté à 10 semaines par une jeune femme en couple avec 2 jeunes enfants. Il était joueur, sociable et même câlin. Le suivi d’adoption était positif avec une bonne adaptation et un foyer complice avec ce joli chaton tout noir.

Poppy a grandi, les nouvelles se sont espacées. et puis le compagnon de l’adoptante nous a contactées. Les 2 fillettes étaient malmenées par le chat, surtout une. Rien n’avait prédisposé Poppy à devenir agressif. Nous avons donné des conseils, suggéré une visite avec un comportementaliste. Mais rien ne marchait. Le chaton devenu adulte était un problème et le compagnon était prêt à le balancer dehors dans une ferme alors qu’il n’avait vécu qu’en appartement depuis ces 4 semaines.

IMG_4813
Adopté en août 2017 à 2,5 mois, sa famille n’en veut plus car les jeunes enfants seraient un problème. Ce gentil matou est pourtant bien agréable à vivre et ne mérite pas de se retrouver dehors 18 mois après.

L’adoptante a tempéré son compagnon et gardé Poppy mais un temps seulement. Elle nous a rappelées pour une prise en charge très rapide sous peine d’abandon du jeune félin qui était à leur côté depuis plus d’un an.

Audrey a accueilli Poppy. Il ne connaissait pas la vie avec d’autres chats et il lui a fallu apprendre à se faire une place et accepter quelques coups de pattes des plus dominants que lui. Il commençait à prendre ses marques, se laissait chouchouter et partager l’espace des autres chats.

Avant-hier Audrey a constaté un changement de comportement. Poppy était prostré sous un meuble, visiblement affaibli. Il avait maigri en 1 semaine mais ce que sa nounou avait pris pour un besoin de vermifuge était bien plus grave. Il s’est mis à vomir dans l’après-midi puis convulser jusqu’à uriner sur lui-même avec un début de perte de motricité arrière.

Poppy.jpg

Le vétérinaire l’a pris en urgence et a très vite orienté son diagnostic sur une défaillance hépatique. Sous traitement et perfusion pour la nuit, Poppy s’enfonçait.

Hier matin notre protégé n’était plus que l’ombre de lui-même, comateux, avec des réflexes quasi inexistant si ce n’est des crises qui le projetait contre les parois du box sans qu’il ait conscience de son état.

Nous avons choisi d’abréger les souffrances de Poppy comme le vétérinaire nous l’a conseillé. La gravité de son état, son inconscience installée et la possibilité qu’il ressente des douleurs nous ont convaincues. Nous pleurons toutes le destin tragique de ce jeune chat.

Le traumatisme de l’abandon et le rejet qu’il a subit avant de revenir dans l’association ne sont certainement pas innocent dans le déclenchement soudain et fulgurant de sa défaillance hépatique.

Nous maudissons cette femme et son compagnon qui ont adopté ce chaton comme un caprice, n’ont pas éduqué leurs filles à le respecter autrement que comme une peluche et qui l’ont jeté après comme une vulgaire chaussette parce que leur comportement avait crée chez lui des réactions non conformes à leurs attente.

Nous pensons à toi Poppy, petite étoile à jamais dans le coeur de l’équipe de Gamelles 37.

Nos étoiles dans le ciel

Nysma devenu Nena

Ce petit bout de chou est arrivé chez Stéphanie en Août 2017 avec ses 3 frères et soeurs.

Nysma

Aujourd’hui nous venons d’apprendre par Magali qui l’avait adoptée il y a moins d’un an qu’elle s’est faite écrasée ce matin.

Qu’il est dur d’apprendre le décès d’un de nos protégés, moins d’un an après son adoption.

On ne dira jamais assez qu’un chat qui sort est un chat en danger !

On pense à toi petit coeur.

Nos étoiles dans le ciel

Over

IMG_9821

Je m’appelle Over.

Je suis né dans une cave, avec 3 autres chatons, d’une mère chat livrée à elle-même par sa maîtresse irresponsable. Ma mère en est à sa 10 ou 11e portée en 6 ans. Elle m’a transmis le coryza.

Elle ne veut plus de moi car je peux contaminer mes frères et sœur. Je suis nourri au biberon. Je me suis griffé les yeux qui se collaient et j’ai un ulcère à chaque oeil. J’ai un mois et je pèse 250g. Je mordille les doigts de Stephanie pour jouer et je ronronne. Je fais des calins avec elle mais ce n’est pas ma maman chat.


Je n’aurais pas du naître pour vivre si durement. La bêtise humaine a causé mon malheur. Cet après-midi mon petit souffle de vie s’est éteint. Je ne suis pas le 1er ni le dernier que Gamelles 37 n’aura pas pu sauver.

Je m’appelle Over et je ne suis plus.