Nos chats à adopter

Oggy et Opus

Oggy est né début mars 2018. Il est arrivé tout jeune chaton avec son frère Orazio. Ils ont grandi ensemble chez Adeline, leur famille d’accueil. Puis Orazio a eu la chance d’être adopté.

Oggy a heureusement été rejoint par Opus. Cette jolie minette avait été recueillie avec ces 4 freres et sœurs à 2 mois. La famille d’accord n’ayant pas séparé mâles et femelle, Opus a eu des chatons à moins d’un an. Nous l’avons récupérée pour la confier à Adeline après stérilisation. Opus est de fin avril 2018.

Nos deux protégés n’ont pas eu la chance d’être adoptés à moins de 6 mois et depuis n’intéressent personne. A moins de 18 mois ces deux jeunes chats sont calins, joueurs et sociables. Il est temps que la vie leur offre un foyer pour la vie. Adeline pourra alors sauver d’autres chatons et Oggy et Opus pourront démarrer une vie heureuse et paisible.

Remplissez notre Questionnaire adoption et rencontrez les !

 

Nos protégés dans leurs familles

Ohana et Oscar au camping !

Certains d’entre vous ont pu voir sur notre page Facebook le séjour de Namour à la neige. Aujourd’hui c’est le tour de Ohana et Oscar de nous envoyer des cartes postales de leurs vacances.

Ohana a été adoptée par Océane. Oscar par sa grande soeur Maëva, future vétérinaire. Nos protégés se cotoient donc régulièrement et sont devenus très complices. Cet été, toute la famille est partie en camping, après un apprentissage progressif des ballades en laisse avec harnais.

Ohana et Oscar ont d’abord observé et pris possession de la caravane. Les abords sont rapidement familiers et pendant qu’Oscar expérimente tous les lieux de sieste, Ohana veille sur les croquettes, on ne sait jamais !

Merci à leurs maîtres de nous faire partager ces moments de bonheur. Et bel été aux autres 4 pattes qui ont la chance de partir en vacances et non d’être laissés pour compte sur le bord de la route.

Nos chats à adopter

Pitch et Panda

Ces 2 frères ont été recueillis il y a un mois. Ce sont deux grands joueurs et ils aiment déjà beaucoup les câlins.

Pitch est curieux et ronronne facilement.

Panda est plus réservé mais très complice avec son frère quand il s’agit de jouer.

Ils sont à rencontrer sur Amboise pour une adoption dernière quinzaine de juillet, ensemble ou séparément.

Nos partages

Comment protéger fenêtre, balcon et terrasse pour éviter la chute d’un chat ?

Un chat peut être imprévisible. Il peut se passer de nombreuses choses dans sa tête, surtout chez les jeunes, qui peuvent les amener à faire une chute fatale. Un besoin soudain de courir partout, un pigeon ou une mouche derrière la fenêtre, un saut mal calculé : ce sont les risques que peuvent encourir les chats d’appartement. Heureusement il existe des systèmes pour les protéger d’une envie irrémédiable de faire le grand saut.

IMG_5232.jpg

Quelles sont ces protections pour les chats et où les trouver ?

Pour ce genre de protection, il n’existe pas mille solutions. Le filet de sécurité est ce qu’il y a de plus sûr. Une fois bien fixé, avec des vis, ce filet retiendra toute tentative de saut de la part de votre petit compagnon.

Il existe aussi des filets amovibles sans vis, avec un système de pression en resserrant de chaque coté des petites vis pour faire pression sur le mur à l’aide de sorte de ventouses. Ce système est cependant moins sécuritaire, si le chat saute trop violemment sur le filet, il y a des risques pour qu’il se décroche. Je déconseille donc ce modèle.

Dans un premier temps, il faut savoir qu’il faudra bricoler un minimum pour installer ces sécurités. Si vous n’avez vraiment pas l’âme d’un bricoleur, il existe des entreprises qui pourront installer ce dont vous avez besoin, le prix sera variable selon l’entreprise et la surface à sécuriser. Comptez en moyenne entre 60 et 150 euros.

Dans le cas contraire, vous pouvez trouver en animalerie des kits de filets de protection pour les fenêtres, qui coûtent entre 15 et 30 euros selon les tailles. Pour les balcons et terrasses, qui naturellement nécessitent un filet beaucoup plus grand, toutes les animaleries ne disposent pas des kits nécessaires. Vous en trouverez cependant dans des magasins de bricolage, et vous n’aurez plus qu’à les installer.

Comment installer les protections pour le chat ?

Si vous avez choisi d’installer vous même votre système, sachez que ce n’est pas très compliqué, mais qu’il vous faudra prévoir un peu de temps pour le faire ainsi que vous assurer que les filets tiennent bien, il vaut mieux ne prendre aucun risque.

Protéger les fenêtres contre la chute du chat

Les filets pour fenêtres sont les plus simples à installer. Il vous suffira d’étendre le filet sur les quatre coins de la fenêtre, et de fixer chaque coin avec une grosse vis (incluse dans le kit) à visser dans le mur. Assurez vous que le tout est bien fixé en poussant avec votre main. Si rien ne bouge, le filet est bien fixé.

Protéger les balcons contre la chute du chat

Un petit peu plus pénible à installer que le système pour fenêtre, la protection pour balcon, de par sa taille, demandera la présence de deux personnes pour l’installer, car il faudra là aussi tendre le filet, et sa taille empêche de le faire seul. Il faudra faire passer la partie basse du filet du côté extérieur de la barrière du balcon, et le côté supérieur devra passer au dessus de vous et se fixer sur le mur du balcon. Puis, vous devrez fixer au moins les quatre coins, voire plus selon les modèles et les tailles, là aussi à l’aide de grosses vis. Faites le même test de résistance que pour celui des fenêtres.

Protéger la terrasse contre la chute du chat

Il s’agira ici du système le plus pénible à installer, puisqu’on ne parle pas ici réellement de filet qui va recouvrir votre terrasse, la surface à couvrir serait trop grande, mais plutôt d’une barrière, qui peut être en bois ou en grillage, pour clôturer tout le tour de la terrasse. Il faudra ici fixer des bases sur tout le long de la terrasse à l’aide de grosses visses, puis installer les barrières par dessus en les vissant sur les bases déjà installées.

L’installation de ces systèmes de sécurité peut rebuter et être pénible, mais cela fait partie de votre responsabilité en tant que propriétaire d’un chat de lui éviter ce risque de chute qui peut lui être fatale. A vous désormais de faire le bon choix.

Nos protégés dans leurs familles

Opéra et Opaline

Opéra est née en septembre 2018 avec sa soeur Opaline et son frère O’Brian. Sa maman était jeune. C’était sa première portée. Elle avait été recueillie gestante et affamée alors que ses « maîtres » la laissait dehors constamment, sans lui accorder le moindre intérêt depuis qu’elle n’était plus un chaton.

Les 3 chatons ont été placés en famille d’accueil chez Corinne à moins de 2 semaines car leur mère les rejetait. Elle n’avait d’ailleurs plus de lait. Corinne les a biberonnés. C’était ses premiers chatons au biberon, toute une aventure !

Opéra, Opaline et O’brian ont grandi et pris des forces malgré un épisode de coryza assez sévère. Ils ont été choisis pour rejoindre un nouveau foyer. Opéra et Opaline qui étaient très fusionnelles ont été adoptées ensemble par Stéphanie et sa famille. Peu de temps après, les 2 soeurs ont déclaré à nouveau un coryza et leur stérilisation a été repoussée. Tout se passait bien pour elle dans leur nouvelle vie. Elles étaient choyées.

Lors de la stérilisation d’Opaline, un problème cardiaque indécelable a provoqué un arrêt cardiaque. Nos vétérinaire ont tout tenté pendant une matinée entière mais quand le danger semblait écarté, Opaline a fait un oedeme pulmonaire. Elle n’a pas pu être sauvée. Nous avons tous été sous le choc.

Stéphanie a laissé Opéra dire aurevoir à sa soeur. Le lendemain elle n’avait pas envie de manger. Elle a compris que sa soeur chérie ne reviendrait pas. Mais c’est l’amour et l’attention de sa famille qui a permis à Opéra de prendre le dessus sur sa tristesse. Elle a remangé et Stéphanie veille à ce que son appétit soit toujours au rendez-vous. Merci à elle pour son attention et sa patience avec notre protégée.

Ce drame à resserré les liens qu’Opéra avait avec sa famille. Elle est devenue plus câline, plus joueuse et en recherche de bras. Nous leur souhaitons plein de bonheur ensemble. La perte ne s’effacera pas mais la douleur s’estompera grâce à leurs partages.

Nos partages

Quelles sont les plantes toxiques pour le chat ?

Un nombre incalculable de plantes du jardin et de plantes d’appartement sont toxiques pour le chat. Les symptômes qui doivent alerter sont nombreux. Il est donc important de savoir les repérer à temps. Afin de prévenir l’intoxication d’un chat par les plantes, la logique veut que le maître empêche son animal de grignoter tous les types de végétaux. Si c’est assez facile en ce qui concerne les plantes de la maison, ça l’est beaucoup moins dans les jardins du quartier, d’où l’intérêt de ne pas laisser son chat sortir librement !

11059319_10206332716534152_8453245253230503331_n

Plantes : un vrai danger pour la santé des chats

Mieux vaut écarter son chat des Apocynaceae, Ericaceae, Liliaceae, Primulaceae ou encore – dans la famille des Solanaceae – des Solaneae. Idem pour les Fabaceae dont certaines légumineuses… Ces nombreuses familles de végétaux, et bien d’autres, sont à éviter par les chats, ce qui représente des milliers de plantes comme le montrent les quelques exemples suivants.

Exemples de plantes d’intérieur toxiques pour le chat

  • Aloès
  • Amaryllis
  • Arum
  • Caladium
  • Chlorophytum
  • Croton
  • Dieffenbachia
  • Euphorbe
  • Ficus
  • Gui
  • Mimosa du Japon
  • Monstera deliciosa (Seriman)
  • Philodendron
  • Pommier d’amour
  • Pommier de Sodome
  • Yucca…

Exemples de plantes d’extérieur toxiques pour le chat

  • Thuya
  • Tabac de Virginie
  • Robinier
  • Piment d’ornement
  • Persil
  • Oignon
  • Muguet
  • Lys
  • Laurier (toutes les variétés)
  • Jonquille
  • Iris
  • If
  • Hortensia
  • Hellébore
  • Ginkgo biloba
  • Genévrier
  • Fougère
  • Eucalyptus
  • Digitale
  • Datura
  • Cytise
  • Colchique
  • Ciguë
  • Ciboulette
  • Chélidoine
  • Buis
  • Azalée
  • Amandier
  • Ail
  • Aconit…

Il est quasiment impossible de trouver une liste exhaustive des végétaux toxiques pour le chat. Afin de préserver la santé et, plus largement, la vie de son animal, le maître doit empêcher son petit compagnon de manger les plantes dès lors qu’il en ignore les effets sur son organisme. En cas de doute, il peut s’en référer au vétérinaire.

Intoxication du chat par les plantes : les symptômes

Lorsqu’un chat est intoxiqué par une plante d’appartement ou une plante du jardin, les risques de graves complications sont extrêmement importants. Selon les cas, les graines, la sève ou le latex que contiennent les végétaux peuvent en effet entraîner des problèmes de santé irrémédiables, voire la mort de l’animal.

Un chat intoxiqué par une plante peut présenter des troubles :

  • Respiratoires,
  • Digestifs,
  • Neurologiques,
  • Oculaires,
  • Cardiaques,
  • Cutanés.

De nombreux organes sont susceptibles d’être touchés comme le foie, les reins, le pancréas, les intestins, les poumons ou le cœur… Dans certains cas, ce n’est pas uniquement l’ingestion qui entraîne un problème de santé pour le chat mais aussi le simple contact direct avec la plante. C’est par exemple le cas du Caladium ou encore du Thuya.

Certaines manifestations peuvent mettre la puce à l’oreille du propriétaire du chat, à savoir :

  • Des irritations au niveau de la peau et des muqueuses,
  • Une hypersalivation,
  • Une tachycardie,
  • Du sang dans les urines ou hématurie,
  • Un œdème,
  • Une suffocation,
  • Des convulsions,
  • Des diarrhées,
  • Une grande faiblesse inexplicable,
  • Une apathie suivie parfois d’épisode d’hyperexcitabilité,
  • Une mauvaise coordination des mouvements, c’est ce que l’on nomme l’ataxie,
  • Une paralysie.

Plus grave encore, le chat intoxiqué par certaines plantes risque :

  • Le coma,
  • La mort.

Il est fondamental de réagir dans l’urgence pour sauver le chat qui a ingéré une plante toxique. Si l’animal présente l’un des symptômes énumérés précédemment, ou toute autre manifestation étrange, il doit bénéficier d’une prise en charge imminente. C’est impératif car une réaction rapide peut lui sauver la vie.

Le maître doit fournir tous les renseignements possibles afin que le vétérinaire urgentiste puisse diagnostiquer la cause du malaise le plus rapidement possible ainsi que la plante à l’origine de l’intoxication. Si c’est possible, le propriétaire de l’animal doit déposer dans un sac plastique une partie de la plante responsable afin que des analyses puissent être faites par une clinique vétérinaire ou un laboratoire pour l’identifier avec exactitude. Connaître le nom de la plante avec laquelle le chat s’est intoxiqué est vraiment très utile pour que l’animal bénéficie du traitement adéquat. Selon les cas, le vétérinaire administre un vomitif, un antidote ou autre.

Seul un spécialiste de la santé animale ou – dans certains cas, un pharmacien – peut administrer un médicament à un chat intoxiqué par une plante d’intérieur ou d’extérieur. Il peut être très grave de jouer à l’apprenti sorcier : on ne donne pas n’importe quelle substance à son animal qui présente tous les signes d’empoisonnement ou d’intoxication.

Il faut cependant relativiser. Si tous les chats risquaient de s’intoxiquer chaque fois qu’ils frôlent ou goûtent une plante dangereuse, cela ferait belle lurette que cet animal aurait totalement disparu de la planète. Finalement, si l’on s’en réfère à l’expérience des vétérinaires, les cas d’intoxications graves des chats par les plantes ne sont pas si nombreux et c’est heureux.

Il n’empêche qu’il vaut mieux éviter de prendre des risques et donner sa préférence à des végétaux ne présentant aucun danger pour les animaux de compagnie.

Plantes non toxiques pour le chat

Avoir un chat n’implique pas qu’il faille renoncer à toutes les plantes, que ce soit dans la maison ou au jardin. Heureusement d’ailleurs, car les hommes comme les animaux ont besoin des végétaux. Il est en tout cas fort rassurant de savoir que certaines plantes ne présentent aucun danger pour le chat et les passionnés de plantes d’intérieur et d’extérieur peuvent continuer à s’adonner à leur plaisir.

Ces plantes non dangereuses pour les chats ne sont pas très nombreuses. Dans ce groupe, on retrouve par exemple :

  • Le bambou,
  • Le basilic,
  • Le chlorophytum,
  • La fougère,
  • La lavande,
  • L’orchidée,
  • Le rosier,
  • Le Saintpaulia ou Violette du Cap,
  • Les succulentes.

Il est donc bel et bien possible d’avoir un intérieur végétalisé tout en possédant un chat sans pour autant risquer de l’empoisonner.

Quid des herbes à chat ?

On trouve dans le commerce des barquettes d’herbe à chat. Celle-ci est nécessaire pour le bien-être de l’animal. Elle a des pouvoirs délassants et des vertus digestives.

Il existe aussi un mélange appelé herbes aux chats, constitué par exemple de menthe, d’Actinidia polygama ou matatabi, parfois de Teucrium marum, plante surnommée Germandrée des chats. En présence de cette composition, le chat se roule sur les herbes en pleine extase car ces végétaux exhalent un parfum très puissant ne laissant pas l’animal indifférent.

Il s’agit là de deux solutions sans aucun danger pour les chats et les chatons. On peut tout à fait acheter régulièrement ce type de préparation végétale, ce qui détournera le chat des plantes d’intérieur et de celle du jardin.

 

Nos étoiles dans le ciel

Ozzy, tu ne ronronnes plus.

C’est le coeur brisée que je vous raconte l’histoire d’Ozzy car ce vendredi 21 juin, tandis que certains se préparaient pour le fête de la musique, je rentrais sans lui de chez le vétérinaire, après qu’il se soit endormi à jamais dans mes bras.

IMG_5405

Il faisait à peine 250g quand il m’a été confié avec sa soeur et son frère. Il venait d’être trouvé par un jeune garçon sur un bord de route où 2 autres de la fratrie avaient déjà été écrasés. J’avais déjà eu des chatons roux en accueil et je savais leur capacité à nous faire fondre. Ozzy n’a pas failli à la règle. Son ronronnement si particulier et si intense, démarrait dès qu’il voyait qu’il avait notre attention. Si Obi-wan n’avait pas rejoint notre foyer à la même période, je l’aurais surement gardé. Il était fusionnel avec sa soeur Owpia et nous voulions les faire adopter ensemble. Finalement Ozzy a trouvé un foyer que je pensais aimant, Owpia en a rejoint un autre.

La malchance d’Ozzy l’a poursuivi. Ce qu’on pensait n’être qu’une fragilité intestinale s’est révélé être une bactérie résistante et le calicivirus s’est ajouté au tableau déjà noir de son état de santé. La famille aimante a montré son vrai visage et nous a « rendu » Ozzy. Jolie expression pour camoufler ce qui est un abandon. Et notre petit roux l’a bien vécu comme tel. Je n’ai pas pu le reprendre en accueil car Nallis, un de mes chats, était en traitement et se préparait à subir une opération délicate au CHVA à Nantes. Heureusement Hortense lui a ouvert sa porte et son coeur quelques mois. Elle lui a donné tant d’amour que nous pensions que le traumatisme de l’abandon était estompé.

IMG_3842.JPG

Ozzy est revenu chez nous, après la fin de l’année universitaire d’Hortense et alors que Nallis avait complètement passé sa période de convalescence. Après quelques jours il avait retrouvé ses marques là où il avait été chaton. Je ne pouvait pas m’asseoir sans qu’il se pose en ronronnant sur mes genoux. Il dormait tout à côté de mon oreiller. Il avait désormais plus de 12 mois.

Mais Ozzy mangeait difficilement malgré le régime amélioré que je lui proposait (jambon, viande hachée, pâtée protéinée). Ses gencives étaient de plus en plus rouge. Il ne se lavait plus, ne jouait pas et on sentait sa fatigue et sa faiblesse. Ce vendredi 21 juin Ozzy était redescendu au poids de ses 9 mois. l’oeil droit présentait une uvéite. Les gencives étaient tellement inflammatoires qu’il avait mal au point de se laisser mourir de faim. Bien qu’il soit négatif fiv et leucose, son système immunitaire le lâchait. Ma vétérinaire aurait tout tenté si un espoir avait été possible. La présidente et moi-même avons dû nous résoudre à abréger ses souffrances, et pourtant tout le monde sait combien l’euthanasie est contre nos principes.

Ozzy s’est endormi dans mes bras. Je l’ai serré contre mon coeur et je l’aurais gardé  ainsi des heures durant si mes sanglots n’étaient pas devenus si incontrôlables. Comment annoncer à Hortense qu’Ozzy n’est plus ? Comment pardonner à ces gens qui lui ont brisé le coeur en l’abandonnant ? Parce que c’est bien ça qui l’a tué, ma vétérinaire en est convaincue.

Aujourd’hui chaque place où il avait ses habitudes est une torture car vide. J’aurais tellement voulu faire plus pour lui. J’espère qu’il a su combien je l’aimais et combien le laisser partir a été difficile. Si seulement la vie pleine d’obstacles d’Ozzy pouvait servir d’exemple à ce que cela cesse. Si son parcours pouvait faire comprendre au gens que distribuer des chatons gratuits sur facebook contribue à la détresse féline. Si sa souffrance permettait que chacun prenne conscience que les chats ne sont pas des peluches mais des êtres extrêmement sensibles qui ont besoin de repères, de stabilité et d’amour.

Je ne t’oublierai pas Ozzy et je me battrai encore pour tous les autres Ozzy que je croiserai, pour eux, pour toi.

Stéphanie, Famille d’accueil et référente adoption.

 

 

Nos étoiles dans le ciel

Poppy

Poppy (Ex-Negus) est né dans un jardin à Joué les Tours, avec ses 2 soeurs (Nouméa et Nausika) et son frère (Nioki). La maman (Joséphine) n’a pas pu être attrapée en même temps et les 4 chatons ont été confiés à une famille d’accueil pour être chouchoutés et sociabilisés.

Poppy a été adopté à 10 semaines par une jeune femme en couple avec 2 jeunes enfants. Il était joueur, sociable et même câlin. Le suivi d’adoption était positif avec une bonne adaptation et un foyer complice avec ce joli chaton tout noir.

Poppy a grandi, les nouvelles se sont espacées. et puis le compagnon de l’adoptante nous a contactées. Les 2 fillettes étaient malmenées par le chat, surtout une. Rien n’avait prédisposé Poppy à devenir agressif. Nous avons donné des conseils, suggéré une visite avec un comportementaliste. Mais rien ne marchait. Le chaton devenu adulte était un problème et le compagnon était prêt à le balancer dehors dans une ferme alors qu’il n’avait vécu qu’en appartement depuis ces 4 semaines.

IMG_4813
Adopté en août 2017 à 2,5 mois, sa famille n’en veut plus car les jeunes enfants seraient un problème. Ce gentil matou est pourtant bien agréable à vivre et ne mérite pas de se retrouver dehors 18 mois après.

L’adoptante a tempéré son compagnon et gardé Poppy mais un temps seulement. Elle nous a rappelées pour une prise en charge très rapide sous peine d’abandon du jeune félin qui était à leur côté depuis plus d’un an.

Audrey a accueilli Poppy. Il ne connaissait pas la vie avec d’autres chats et il lui a fallu apprendre à se faire une place et accepter quelques coups de pattes des plus dominants que lui. Il commençait à prendre ses marques, se laissait chouchouter et partager l’espace des autres chats.

Avant-hier Audrey a constaté un changement de comportement. Poppy était prostré sous un meuble, visiblement affaibli. Il avait maigri en 1 semaine mais ce que sa nounou avait pris pour un besoin de vermifuge était bien plus grave. Il s’est mis à vomir dans l’après-midi puis convulser jusqu’à uriner sur lui-même avec un début de perte de motricité arrière.

Poppy.jpg

Le vétérinaire l’a pris en urgence et a très vite orienté son diagnostic sur une défaillance hépatique. Sous traitement et perfusion pour la nuit, Poppy s’enfonçait.

Hier matin notre protégé n’était plus que l’ombre de lui-même, comateux, avec des réflexes quasi inexistant si ce n’est des crises qui le projetait contre les parois du box sans qu’il ait conscience de son état.

Nous avons choisi d’abréger les souffrances de Poppy comme le vétérinaire nous l’a conseillé. La gravité de son état, son inconscience installée et la possibilité qu’il ressente des douleurs nous ont convaincues. Nous pleurons toutes le destin tragique de ce jeune chat.

Le traumatisme de l’abandon et le rejet qu’il a subit avant de revenir dans l’association ne sont certainement pas innocent dans le déclenchement soudain et fulgurant de sa défaillance hépatique.

Nous maudissons cette femme et son compagnon qui ont adopté ce chaton comme un caprice, n’ont pas éduqué leurs filles à le respecter autrement que comme une peluche et qui l’ont jeté après comme une vulgaire chaussette parce que leur comportement avait crée chez lui des réactions non conformes à leurs attente.

Nous pensons à toi Poppy, petite étoile à jamais dans le coeur de l’équipe de Gamelles 37.