Communiqué de la Présidente

Le mot de la Présidente – 01/11/18 –

4,7/5 c’est pas si mal pour une association « peu recommandable ». Il se peut effectivement que trouviez des remarques négatives sur Gamelles 37 ou sur moi-même.

Tout d’abord, nul n’est parfait. Il nous arrive comme tout le monde, de faire des erreurs comme ne pas répondre assez rapidement, ne pas accueillir un animal en détresse faute de place, ne pas être d’accord avec un avis vétérinaire. Il nous arrive aussi de faire confiance aux mauvaises personnes : des familles d’accueil dont la motivation n’est pas le bien être animal, des adoptants irresponsables, des bénévoles malhonnêtes.
Je ne sais pas pour vous mais quand je donne ma confiance et qu’elle est trahie je ne suis pas aimable et si en plus un de nos protégés en fait les frais là je deviens folle. N’est-ce pas légitime ?
Nous faisons actuellement les frais d’une véritable campagne de dénigrement et diffamation de la part de personnes  que nous avons exclues de l’association.
Je vous donnerai ici des exemples sur ces personnes malveillantes et très actives sur les réseaux sociaux malgré nos dépôts de plainte.
Se taire c’est leur laisser libre champ pour nous attaquer et laisser croire que leurs fabulations sont la vérité. J’ai décidé que nous avions un droit de réponse.
Exemple 1 : Yolande V.
Cette famille d’accueil trouve normal qu’une chatte interdite de sortie par notre contrat avec elle revienne gestante et expulse des chatons morts et malformés car elle avait été mise sous pilule sans notre accord. Evidemment nous hurlons de rage, surtout quand nos bénévoles ont tenté plusieurs fois de la récupérer pour un rdv vétérinaire de stérilisation non honoré car elle avait passé la nuit dehors. Les 2 chatons arrivés avec cette minette chez Mme Yolande V. de Amboise avait été déplacés dans une autre famille d’accueil après leur sevrage car ils perdaient du poids.
Cette même famille s’est vue confier 3 chatons après des heures de déparasitages. Il lui ont été repris car anémiés par des piqûres de puces et en déshydratation en raison d’une diarrhée sévère causée par une alimentation inadaptée à leur âge. Deux seulement ont survécu mais ne sont pas encore tirés d’affaire plus d’un mois après. La petite femelle va très certainement perdre la vue. Le 3e a été euthanasié à la demande de cette femme qui se dit aimer les animaux. Après avoir emprunté de l’argent à une bénévole pour l’essence (sans jamais lui rendre) elle nous a fait croire que le chaton était condamné et qu’elle l’avait heureusement fait partir sans souffrance. A la réception de la facture avec la mention « euthanasié à la demande de Mme V. » nous nous sommes intérrogés. Le vétérinaire est formel : 2 à 3 semaines de traitement sérieux aurait permis de sauver ce chaton, mais Mme Yolande V. a décidé seule qui ni elle ni nous ne pouvions passer 3 semaines à soigner ce petit bout.
Orpin et Ostine quand nous lui avons confiés :
Orpin et Ostine quand nous les avons récupérés :
Une chatte tout juste stérilisée lui avait été confiée pour le temps de la cicatrisation. Elle l’a laissée s’échapper 1 jour après l’opération avec les risques que comportent l’absence de suivi d’une plaie au ventre. Un chaton de moins de 3 mois né d’une portée de sa chatte s’est fait écrasé par une voiture devant les yeux de sa petite fille car la porte avait été ouverte sans précaution.
Et puis il y a eu la petite mère, foutue dehors en moins d’une semaine, dont les 3 chatons ont été sous-alimentés. Là encore 2 seulement ont survécu, le 3e ayant été écrasé par le chien de la maison. Ils avaient les yeux collés par une grosse conjonctivite et à nouveau plein de puces. Mais ils allaient très bien selon Yolande V. qui n’a pas compris pourquoi on lui retirait.
Pourquoi avoir confié autant d’animaux à cette femme ? Nous lui avons accordé le bénéfice du doute et son insistance à nous aider est intervenue à une période où le manque de familles d’accueil était problématique. Mais nous avons eu tort ! Nous ne pouvions imaginer que nos conseils seraient sans effet, que nos recommandations seraient ignorées alors que des contrats de famille d’accueil avaient été établis. Aujourd’hui Mme Yolande V. d’Amboise détient illégalement 2 chattes (Myrtille et Maïwenn) sous la protection de Gamelles 37 qu’elle refuse de rendre car elle souhaite les adopter malgré notre refus motivé (incapacité financière et conditions d’accueil inadaptées). Une 3e est livrée à elle-même dans son quartier et elle ne fait rien pour la retrouver ou l’aider.
Bientôt je vous exposerai l’exemple 2.
Catherine GOUFFRAN
Présidente de Gamelles 37

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s